Une douce odeur de chocolat plane en permanence dans la Grand’Rue de Peseux (NE). Parmi les bars et les marchands de kebabs se trouve la chocolaterie artisanale Xocolatl. Certains viennent de loin pour goûter ses noix de macadamia enrobées de fleur de sel et de chocolat. Rencontre avec Libania Hajny, la maîtresse des lieux.

« J’avais 23 ans lorsque j’ai repris la chocolaterie, je n’étais pas du tout préparée », confie Libania Hajny. En 2008, suite au décès brutal d’Hans Büssinger, le maître chocolatier fondateur de Xocolatl, elle a dû se lancer dans l’inconnu. « C’était mon mentor, je l’admirais beaucoup et je ne pouvais pas laisser tomber la chocolaterie ». Alors avec l’aide de sa famille et de son ami de l’époque, la jeune femme reprend l’affaire et se mue en entrepreneuse.

Le chocolat pour Libania, c’est une passion. Tombée dedans à 12 ans lors d’un stage chez le chocolatier neuchâtelois Walder, elle fait ensuite son apprentissage chez Wodey-Suchard avant de retourner quelques années chez Walder en tant que pâtissière-confiseuse. « C’était une bonne place, mais je ne touchais pas assez le chocolat et c’est ce que j’aime », dit-elle avec des pépites dans les yeux. Pour elle, « Xocolatl » a donc été la réalisation d’un rêve. Mais, le 5 décembre 2008, alors que les commandes pour Noël étaient stockées à l’étage, le bâtiment de la chocolaterie a pris feu. « Là je me suis dit que c’était un signe, que je n’aurais jamais dû reprendre », déclare-t-elle encore ébranlée. Toutefois, grâce à l’intervention efficace des pompiers et à la solidarité des villageois, la boutique à rouvert une semaine plus tard et l’incendie ne reste aujourd’hui qu’un mauvais souvenir.

Sur les traces d’Hans Büssinger

Celui qui observera la Grand’Rue de Peseux remarquera que cette dernière n’est pas une rue marchande où les passants font leurs emplettes. Alors comment Xocolatl est-elle devenue une chocolaterie incontournable du paysage neuchâtelois? « J’ai toujours gardé la ligne qu’Hans avait adoptée dès l’ouverture de la chocolaterie en 1997 », explique Libania. « Nous n’utilisons ni colorants, ni agents conservateurs, ni huile de palme ». La jeune femme a repris de nombreuses recettes du maître chocolatier. Elle a également élaboré de nouvelles créations comme les noix de macadamia enrobées de chocolat au lait et de fleur de sel. C’est aujourd’hui l’un des produits phares de l’enseigne.

La matière sélectionnée pour confectionner les chocolats est également primordiale pour un résultat de qualité. Si Suchard est le principal fournisseur de la chocolaterie, Libania n’hésite pas à faire appel à d’autres prestataires lorsqu’il s’agit de travailler avec des « grands crus » en provenance de Tanzanie ou du Venezuela.

Xocolatl est désormais une machine bien rodée. Alors que le mari de Libania s’occupe de toutes les tracasseries administratives, c’est le cousin de la confiseuse qui la seconde dans la fabrication des chocolats. « C’est mon bras droit, j’ai extrêmement confiance en lui », déclare-t-elle. Il n’y a donc pas d’inquiétudes à avoir, les chocolats seront toujours dans les étals, même si la patronne devra s’absenter quelque temps pour un heureux événement.

Chloé Burgat

Laisser un commentaire