La capitale danoise a deux visages. Elle est cosmopolite et traditionnelle, les bâtiments typiques du nord en briques se retrouvent en face de buildings modernes et carrés. Les bateaux à voile passent sous des ponts-levis high-tech et l’eau accueille des parcs d’éoliennes à quelques encablures des îles de la ville.

On y croise beaucoup de touristes, on y entend beaucoup de langues, mais les spécialités telles que le hareng et les traditionnels marchés aux poissons sont toujours présents. Sans oublier l’expérience du hygge! Il s’agit en fait d’un moment chaleureux partagé autour d’une boisson chaude et des bougies.

La Glace, plus vieille pâtisserie de la ville (1870) propose des gâteaux crémeux et féériques sur Skoubougade 3, au centre-ville, pour un agréable hygge.

Marché Torvehallerne KBH, Linnesgade

Stand de poisson au marché.
Stand de poissons au marché. © Lauren Hostettler

Mais pour une visite réussie de la capitale danoise, voici petite liste des lieux à voir absolument…

La Citadelle

À deux pas de la statue de la Petite Sirène d’Andersen, se trouve la citadelle. Écrin de verdure tout près du centre-ville et du palais royal, elle est composée de quelques bâtiments, entourés de collines elles-mêmes entourées de douves. Le lieu est très apprécié des joggeurs et des promeneurs. En forme d’étoile, ses remparts herbeux abritent des casernes, une chapelle et un moulin.

Construite en 1662 par Frédéric III, elle permettait de protéger la ville des envahisseurs suédois. La vue est donc dégagée sur le port, d’un côté, et sur la ville, de l’autre.

Les promenades au cœur de la Citadelle.
Les promenades au cœur de la Citadelle. © Lauren Hostettler

Christianhavn

C’est l’île sud de la ville. Elle abrite le quartier alternatif de la ville, mais ne se résume pas qu’à cela. Certes, Christiana est un passage obligé pour nombre de touristes, mais le détour vaut la peine. Maisons faites de bric et de broc, végétation luxuriante, concerts improvisés et cantines végétariennes, Christiana se démarque par son absence de règles. Ou plutôt, ces propres règles:

  1. ne pas courir
  2. ne pas prendre de photos
  3. s’amuser

 Morgenstedet, Langgaden qui sert des plats sans viande, mais avec beaucoup de saveurs!

L’île de Christianhavn promet aussi de jolies découvertes. Elle abrite le Dansk Arkitektur Centre et l’église Notre-Sauveur (Vor Fresler Kirke) qui domine les bâtiments avec sa flèche en spirale qui se rétrécit de plus en plus, à 95m de hauteur. Il faut compter 400 marches pour arriver au sommet.

Sur « l’île aux papiers », on retrouve le musée d’art contemporain ainsi qu’un hangar abritant de nombreux food-trucks qui proposent une multitude de plats savoureux, gourmands et cosmopolites.

Sur la presque-île suivante se trouve l’opéra, majestueux bâtiment moderne tout en vitres et en acier qui fait face au canal.

L'île aux Papiers.
L’île aux Papiers. © Lauren Hostettler

Nyhavn et les canaux

L’ancien port de pêcheurs a troqué ses bars miteux et ses maisons closes, mais a gardé ses vieux gréements et ses façades colorées. Depuis une cinquantaine d’années, le quartier a été réaménagé. Les restaurants typiques et branchés côtoient boutiques de design et friperies.

Pour un repas moderne préparé sous vos yeux: Geist, Gothersgade 8.

Les jolies façades colorées abritent des ateliers d’artistes, des galeries et aussi des appartements traversants, tous donnant sur le canal occupé par de vieux voiliers au quai. Et la ville se prend même pour Paris; sur l’un des ponts, les amoureux y ont attaché des cadenas.

Dans le quartier, se trouve aussi le palais royal (Amalienborg Slot) où loge la reine Marguerite II. Pour la relève de la garde, c’est à 11h30 que ça se passe!

Bonus: Tivoli

C’est LA visite à faire à Copenhague. Décrit comme étant le plus vieux parc d’attractions d’Europe, il aurait inspiré Walt Disney pour le sien. Tous les guides en parlent, mais s’il y a un conseil à donner, allez-y tard (si c’est l’été) ou en hiver, pour que la nuit tombe et que toutes les ampoules s’allument. C’est à ce moment-ci que la féérie est complète. De jour, on déambule parmi les manèges en tout genre, les touristes et les échoppes de gaufres, le tout dans des décors faisant penser tour à tour à la Chine, à la Russie ou encore à l’Orient.

Et si vous y faites un tour, allez jeter un coup d’œil à la maison du personnage de BD Rasmus Klump (Petzi, le petit ours mangeur de crêpes qui avait un bateau). Avec un peu de chance, vous le rencontrerez!

Timbre de petzi
© BDzoom.com

Lauren Hostettler

Laisser un commentaire