Je suis une fan inconditionnelle de Polnareff. « Goodbye Marylou » est une de mes chansons favorites. Je ne m’en lasse pas. Donc c’est vrai, j’attendais beaucoup du concert de Michel Polnareff au Paléo dimanche soir. Apparemment, beaucoup trop.

Le concert de Michel Polnareff s’annonçait plutôt bien. Mes copains et moi, on écoutait ses plus grands tubes à fond dans la voiture direction Nyon. Après le feu d’artifice, celui qu’on surnomme «l’Amiral» est monté sur scène sous les yeux des milliers de festivaliers, coiffé de ses éternelles lunettes et de sa chevelure blonde décolorée.

Au début, le public est ravi. Surtout que Michel Polnareff sort le grand jeu. Il ne chante que ses standards. « C’est uneuh poupée-é-é, qui fait Nyon, Nyon, Nyon, Nyon, Nyon ». Un Polnareff blagueur, comme à son habitude.

Malheureusement, l’illusion ne dure qu’un temps. Je me rends à l’évidence: une voix d’ange comme la sienne, ça n’est pas éternel. À la surprise de tous, il laisse les choristes chanter ses notes les plus aigües qui l’ont rendu célèbre. Goodbye ses « Marylou » hauts perchés. Bien que déçue, je lui trouve des excuses. On ne peut rien faire au temps qui passe.

Polnareff
© Lila Erard

En revanche, il y a une chose que je ne lui pardonne pas: ses mots sonnent creux. Peut-être est-il fatigué d’exécuter les mêmes rengaines depuis 40 ans. Le chanteur essaie d’innover: deux guitaristes surexcités, quatre choristes en culottes. Résultat: un show à l’américaine avec des instruments trop présents. À vouloir en mettre plein la vue, Polnareff perd l’essentiel. Il a même l’air rancunier envers le public: « Allez, levez les bras au lieu d’être sur vos smartphones, on dirait des manchots ».

La seule constante: son piano. Ouf. Mais Polnareff n’en joue plus tout seul: deux autres pianistes sont tapis dans l’ombre en renfort. À la fin du concert, la star se lève pour saluer la foule. Ses doigts ne touchent plus le clavier, pourtant le solo continue. Il m’achève en lâchant un « Merci Sion ».

Dans le train du retour, je me repasse « Good bye Marylou », le son poussé au maximum. Ça me rassure. Cette belle chanson n’existe plus dans la bouche de Polnareff mais toujours dans mes écouteurs.

Lila Erard

_____________________________________________________________________

5 comments

  1. houlala la Tournée de trop….Cruel………Touché Coulé……. le Polnaufrage……..Okay,moi qui regrettais de ne pas avoir pris de Ticket, j’avais précisément peur d’être déçu ……trop tard pour le voir sur Scène et je n’attends rien d’un éventuel nouvel Album ….mais tout tout tout lui est pardonné…….a bientôt p’tite brindilles

Laisser un commentaire